Gérer les obsessions

Si vous êtes parent d’un enfant Asperger, vous pourriez avoir entendu votre enfant s’exclamer, « Mais je ne peux pas vivre sans ça ! » à plus d’une occasion. Vous pouvez aussi remarquer que le sac de livres que vous venez de le voir faire vient d’être rempli de quelques Harry Potter de plus. Ou peut-être cette valise pour le voyage chez grand-mère contient une Gameboy, alors qu’il avait promis de la laisser cette fois à la maison.

Les obsessions pour certains sujets ou objets, allant des livres, des jeux vidéo, ou des trains à l’histoire, aux films, ou à un grand nombre d’autres sujets, sont un symptôme classique du syndrome d’Asperger. En addition du handicap social, le Manuel Diagnostique et Statistique, Quatrième Édition (DSM-IV), liste comme caractéristique du trouble des intérêts, comportements, et activités restreints, répétitifs et stéréotypés, manifestés par au moins une des affirmations suivantes :

-préoccupation envahissante avec un intérêt stéréotypé et restreint ou plus anormal soit en intensité soit en type,

-adhérence inflexible à des routines ou rituels spécifiques et non fonctionnels,

-maniérismes moteurs stéréotypés et répétitifs (ex. : agitation ou torsion des mains ou les doigts, ou mouvements complexes du corps entier,

-préoccupation persistante pour des parties d’objets.

 

Quel est le danger ?

Alors que ces obsessions doivent être comprises et acceptées comme partie du trouble, elles sont aussi des mécanismes que les enfants Asperger utilisent pour échapper à l’anxiété sociale, dit Aaron McGinley, directeur de camps de vacances à Talisman, un programme de Caroline du Nord proposant des camps de vacances et des programmes au semestre pour les enfants de 8 à 12 ans ayant des troubles des apprentissages, le TDAH, le syndrome d’Asperger, et un autisme de haut niveau.

Par exemple, les jeux vidéo deviennent un intérêt de plus en plus courant chez les jeunes Asperger. Bien que les mondes et jeux virtuels comme « Second life » peuvent être un bon endroit pour s’entraîner à la socialisation, se faire des amis, et s’amuser, l’intérêt pour les jeux vidéo peut rapidement devenir une obsession mauvaise pour la santé et même dangereuse.

Pour les enfants qui se sentent mal et sont mis à l’écart à l’école et dans leur vie de tous les jours, il est relaxant de rentrer à la maison et jouer des heures aux jeux vidéo. Dans le havre sécurisant du jeu en ligne, les jeunes Asperger peuvent s’isoler des gens de la vraie vie et les complexités des interactions en face-à-face.

Cependant, selon McGinley, le côté social des jeux en ligne ou des salles de chat est irréel et de loin plus prévisible que la vraie vie. « Alors que les conversations dans la vraie vie sont très complexes et imprévisibles, les jeux en ligne partagent un langage simple et commun pour communiquer », dit-il.

Comme la principale socialisation en ligne se déroule en tapant au clavier, on a le temps de réfléchir à sa réponse, et la réponse peut être donnée en symboles et phrases sans tenir compte des expressions faciales ou des signaux non-verbaux. En addition, les insultes, les remarques impolies, et les blagues blessantes peuvent être acceptables en ligne, mais elles ne seront pas les bienvenues dans le monde réel. Cette disjonction entre les interactions sociales acceptables dans le monde virtuel et le monde réel peuvent mettre grandement en confusion les jeunes Asperger qui luttent déjà pour comprendre les conventions sociales basiques.


 Le dilemme d’un parent

Les parents d’un enfant Asperger sont ainsi face à un dilemme : limitons-nous le temps que notre enfant passe à faire les activités qui l’intéressent et courir le risque qu’il se renferme encore plus, ou lui autorisons-nous un accès illimité aux choses comme les jeux vidéo et les livres et films de science-fiction/fantasy malgré les répercussions sociales évidentes ?

Selon McGinley, il est important pour les parents de trouver un équilibre entre accepter les intérêts uniques de leur enfant, et l’encourager à se socialiser et à développer plus d’intérêts qui peuvent le sortir de sa zone. En donnant un accès illimité aux jeux vidéo et autres obsessions, McGinley pense que les parents ne proposent à leurs enfants pas plus qu’une solution immédiate. L’obsession peut être une stratégie convenable pour digérer une longue journée difficile à l’école mais ce ne sera pas la meilleure solution à l’âge adulte.

Les jeunes Asperger doivent explorer d’autres intérêts et trouver de meilleures stratégies, explique McGinley. C’est facile d’utiliser les jeux vidéo et autres sorties antisociales pour faire face, mais le plus facile n’est pas forcément le mieux.

« Si les jeunes Asperger ne sont pas encouragés et aidés à développer leur socialisation et leur autonomie, il y aura un impact direct sur leur nombre d’amis, et sur leur réussite à l’école et au travail plus tard dans leur vie », déclare McGinley. « Ils peuvent être relaxants à court terme, mais ce désir caché de se faire des amis ou d’avoir un petit ou petite amie restera une source constante de non-satisfaction et d’isolation supplémentaire. »

 

L’importance des compromis

Les experts des camps et programmes de Talisman comprend que s’adresser aux fixations est difficile pour les parents. D’un côté, les jeux vidéo et autres intérêts encouragent plus d’interactions sociales que les enfants Asperger auraient ordinairement, mais de l’autre, ce ne sont pas les sortes d’interactions sociales qui les préparent à la vie.

McGinley recommande que les parents encouragent leur enfant à développer des qualités interpersonnelles en dehors de l’ordinateur, et mettent des limites à la fréquence à laquelle leur enfant Asperger utilisent ou parlent de leurs obsessions. Il conseille aussi aux parents d’encourager leur enfant à trouver un équilibre entre le temps passé sur leurs obsessions et le temps passé avec les autres. Par exemple, si un enfant est passionné de jeux vidéo, un parent peut accepter d’autoriser à l’enfant un certain temps de jeu hebdomadaire en échange de la participation de l’enfant à une activité extrascolaire.

Dans les camps de vacances et les programmes au semestre de Talisman, l’équipe sait comment négocier les obsessions de chaque enfant et trouver l’équilibre approprié. Par exemple, si un enfant veut prendre la série entière de livres d’Harry Potter à une sortie découverte, l’animateur expliquera le les livres sont trop lourds et que l’enfant pourra choisir seulement son livre préféré. De cette façon, l’équipe vérifie l’importance de l’intérêt pour l’enfant et lui propose un choix, en mettant des limites claires et justes et s’assurant que l’étudiant se socialisera toujours autant hors du programme.

De la même façon, si un enfant insiste pour emporter sa console de jeu ou son lecteur DVD portable au programme de Talisman, McGinley encourage les parents à faire un compromis. Par exemple, il peut l’emporter et l’utiliser dans l’avion, mais quand vous arrivez au programme, il le donnera au directeur.

Quand les jeunes Asperger ont une structure claire dans leur intérêt particulier, ils acceptent mieux les règles limitant leur utilisation. Dans les programmes académiques de l’Académie des Voyages du Sud, les enfants sont autorisés à lire leur livre favori à des moments désignés, mais on ne leur permet pas d’apporter le livre pendant les repas. De cette façon, les étudiants apprennent que leurs intérêts sont parfaitement acceptables quand c’est dans des manières, des lieux, et des moments socialement appropriés.

Si vous cherchez un camp de vacances ou programme pour votre enfant, McGinley recommande de se renseigner sur les conditions et attentes de chaque programme. Si un programme interdit les cartes Pokémon ou les bandes dessinées, un enfant intéressé par ces choses ne sera pas l’enfant à emmener.

Les obsession des enfants Asperger remplissent un besoin dans leurs vies qui ne disparaîtra jamais complètement. Cependant, leur utilisation dans la vraie vie est extrêmement limitée. Tout le monde a besoin d’une pause pour se retirer de la vie de tous les jours, mais les enfants Asperger dépendent de leurs parents et des programmes comme Talisman pour mettre des limites autour de ces obsessions et proposer de l’aide pour les socialiser. En faisant un planning et le suivant, vous acceptez votre enfant comme il est en lui donnant les outils dont il a besoin pour qu’il atteigne son plein potentiel.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×