Socialisation pour adolescents et adultes autistes

La socialisation pour les adolescents et adultes autistes

Les personnes autistes trouvent souvent els situations sociales très difficiles. Il y a tellement de règles sociales que les personnes non autistes apprennent instinctivement. Les personnes autistes doivent travailler pour apprendre ces règles. Cela peut souvent les désorienter et provoquer de l’anxiété car on n’en parle pas.

Malheureusement il est impossible de tout mettre dans ce guide, mais il propose certaines suggestions basiques auxquelles vous pouvez commencer à réfléchir. Discuter de cela avec quelqu’un de confiance (ex. : un membre de la famille ou un éducateur que vous aimez bien) peut vous aider à découvrir d’autres idées.

Comment puis-je commencer une conversation ?

Si la personne à qui vous voulez parler parle déjà à quelqu’un d’autre, surtout si c’est quelqu’un que vous ne connaissez pas, il vaut mieux lui parler plus tard quand elle est libre.

Approchez la personne mais arrêtez-vous quand vous êtes environ à un bras de distance d’elle.

Dire « bonjour » est un bon moyen de commencer une conversation. Essayez aussi d’autres salutations, ex. : « salut » à un ami ou « escusez-moi » si vous souhaitez attirer l’attention de quelqu’un. Il est important de se rappeler que le type de salutation change selon  la situation et la personne à qui vous parlez, ex. : vous pouvez dire : « Haya ! » à un ami mais « bonjour » à votre patron.

Utiliser le nom de la personne avant ou après l’avoir saluée l’aidera à savoir que vous lui parlez. Dans certaines familles les gens ne s’adressent pas à leurs arrières par leur prénom mais les appellent tatie, tonton, mamie. Réfléchissez aux noms que vous utilisez quand vous parlez aux gens dans votre famille.

Si la personne à qui vous parlez répond « bonjour » (ou autre chose de similaire) cela veut généralement dire qu’elle veut parler.

C’est une bonne idée de poser quelques questions générales au début de la conversation plutôt que de commencer par un certain sujet. Voici des idées de choses à dire à ce moment-là :

-Comment vas-tu ?

-C’est bien de te voir.

-Tu as aimé le film/le concert/l’émission (si vous en avez vu un) ?

Écrivez d’autres questions générales que vous pouvez utiliser quand vous parlez aux gens.

Que dois-je dire lors d’une conversation ?

Souvenez-vous d’attendre votre tour quand vous parlez à quelqu’un. laissez-le répondre à vos questions et permettez-lui de vous en poser une en retour s’il le veut.

Parlez de choses que vous savez que la personne aime avec ce que vous aimez. Si vous aimez les mêmes choses vous pouvez en parler. Cependant, il n’est pas approprié de ne parler que de certains sujets. C’est probablement une bonne idée d’éviter de parler d’eux si vous ne la connaissez pas bien. Faites une liste de choses qui sont appropriées et ne le sont pas.

Exemples de sujets appropriés de conversation

-La météo

-Les programmes télévisés

Exemples de sujets inappropriés de convrsation

-Critique de l’apparence de la personne (ex. : lui dire que vous n’aimez pas ses vêtements)

-L’argent (ex. : demander à quelqu’un combien d’argent il gagne). Si vous trouvez difficile de comprendre que quelqu’un peut avoir des sentiments différents des vôtres, vous pouvez ne pas réaliser que tout le monde n’est pas autant intéressé par quelque chose que vous. Vous pouvez vouloir en parler beaucoup mais l’autre personne peut ne pas être aussi intéressée que vous l’êtes. Si vous parlez à quelqu’un d’un sujet et qu’il semble pressé de finir la conversation vous pouvez dire « Tu aimerais que je t’en dise plus ? » ou « Tu aimerais parler d’autre chose ? ». Cependant, parfois la personne veut finir la conversation totalement pour une autre raison. Par exemple, ce peut être son heure de travail.

Vous pouvez aussi trouver difficile de savoir comment quelqu’un se sent car il ne le dit pas et vous trouvez difficile de lire le langage du corps. Ce qui est approprié de leur dire est parfois différent selon leurs sentiments sur le sujet. Si vous n’êtes pas sûr des sentiments de quelqu’un, vous pouvez les lui demander.

Voici un exemple de situation où cela peut être une bonne idée :

Un ami vous dit qu’il doit déménager car il va avoir un nouveau travail.

Dans cette situation votre ami peut être triste d’avoir à partir ou excité car il a un nouveau travail. Pour être sûr de comprendre comment il se sent vous pouvez dire « Qu’en pesnses-tu ? ».

Votre ami peut vous dire qu’il est content de déménager car il est content d’avoir un nouveau travail. Cependant, vous pouvez être triste car il se sépare de vous. Dans cette situation, plutôt que de vous concentrer sur vos sentiments vous pouvez dire, « Je suis heureux pour toi car tu as un nouveau travail. Par contre je suis triste car tu vas te séparer de moi. » Cela veut dire que vous parlerez de ses sentiments autant que des vôtres. Cela s’appelle l’« empathie » et montre aux autres que vous êtes une personne gentille et attentionnée. Vous pouvez discuter avec un membre de votre famille d’autres situations qui peuvent nécessiter que vous montriez de l’empathie.

Comment puis-je finir une conversation ?

Surveillez les signaux que quelqu’un veut finir une conversation avec vous. Ce sont :

-ne pas poser de questions,

-regarder la pièce,

-bâiller,

-dire qu’il a autre chose à faire.

Ne le prenez pas mal si une personne fait cela. Parfois il vaut mieux finir une conversation avant d’être à court de choses à dire.

Si vous voulez finir la conversation, dites quelque chose comme : « Je dois y aller maintenant. » avant de dire « au revoir » car c’est plus poli que de dire seulement « au revoir » et de partir. Réfléchissez à d’autres moyens de finir une conversation.

Se faire des amis

Se faire des amis peut être difficile pour une personne autiste mais une fois que vous vous en êtes fait vous l’apprécierez. Vous aurez quelqu’un avec qui sortir, parler de choses que vous aimez et discuter de vos problèmes.

Il peut être difficile de savoir si quelqu’un est un vrai ami. Ce peut être très difficile pour les personnes autistes. C’est dû au fait que les signes qu’une personne fait semblant d’être votre ami sont très difficiles à détecter car ils impliquent le langage du corps et le ton de la voix. Vous pouvez avoir du mal à les noter.

Marc Segar a écrit ses expériences dans un guide de survie pour les personnes autistes pour améliorer leur socialisation.

Un véritable ami

-Il vous fera toujours vous sentir le bienvenu et vous parlera s’il a le temps.

-Il vous traite de la même façon dont il traite tous ses autres amis.

Quelqu’un qui fait semblant d’être votre ami

-Il vous fait parfois sentir que vous êtes le bienvenu mais montre des signes qu’il ne veut pas parler presque immédiatement.

-Il vous traite différemment de ses autres amis.

Dire aux gens que vous êtes autiste

Parfois les gens pensent que les autres qui se comportent différemment sont difficiles à comprendre. Les personnes sans autisme peuvent trouver difficile de comprendre pouquoi vous préférez ne pas les regarder dans les yeux quand vous leur parlez ou pourquoi vous aimez parler beaucoup d’un certain sujet. Un moyen d’aider les gens à comprendre vos différences est de leur dire que vous êtes autiste. Évidemment, c’est votre choix de le dire ou non mais cela peut souvent être une décision positive.

Vous n’avez pas besoin de partir dans des détails sur ce qu’est l’autisme. Peut-être vous pouvez leur dire les difficultés que vous avez à cause de cela. Les choses à dire sont :

-Communication. Trouvez-vous le langage du corps difficile à comprendre ? Trouvez-vous difficile de savoir les émotions des autres ? Avez-vous du mal à dire ce que vous voulez dire ?

-Imagination. Avez-vous du mal à imaginer comment quelqu’un d’autre se sent ? Êtes-vous contrarié quand les choses changent ? Avez-vous un intérêt particulier ?

-Interactions sociales. Préférez-vous être seul ? Avez-vous du mal à vous faire des amis ? Avez-vous du mal à tenir une conversation ?

Toutes ces difficultés ne s’appliqueront pas à vous. Vous pouvez demander à quelqu’un qui vous connaît bien comment vous vous comportez dans les situations sociales en comparaison des autres qui ne sont pas autistes. le savoir peut être très utile car vous pourrez ensuite dire aux gens vos difficultés pour aussi pouvoir les améliorer.

Socialisation : choses importantes à se souvenir

Voici d’autres idées à se souvenir pour vous aider quand vous faites face à des situations sociales. Cela ne couvre pas toutes les situations dans lesquelles vous pouvez vous retrouver, mais cela vous conseillera pour les circonstances courantes.

1. Les règles changent selon la situatio. Par exemple, vous pouvez dire : « Haya ! » à un ami mais « bonjour » à votre patron. Un exemple de cale est l’histoire d’un homme à qui on a dit qu’il était poli de sourire et de serrer la main des gens quand on les rencontrait. Cela a été approprié la plupart du temps. Cependant, quand il a assisté aux funérailles d’un membre de la famille les gens pensaient qu’il était insensible car il marchait avec un grand sourire alors que tout le monde était triste.

2. Si vous faites une erreur et contrariez quelqu’un cela ne veut pas dire qu’il ne vous aimera pas. Généralement, dire pardon aide. Si vous n’êtes pas sûr de ce que vous avez fait pour l’avoir contrarié, demandez-le-lui.

3. Parfois il est bon de ne pas dire la vérité pour faire plaisir à quelqu’un (ex. : ne pas dire qu’il est gros). Certaines personnes appellent cela des « mensonges blancs ». Réfléchissez à des situations ou cela peut être le cas avec un membre de la famille ou un éducateur que vous aimez bien.

4. Dire « s’il te plaît » et « merci » est bien dans toutes les situations. Cela montre aux autres que vous êtes une personne polie.

5. Même si vous ne voulez pas discuter avec les autres et préférez être tout seul, il est bon de développer vos qualités de socialisation.

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×