Equithérapie

 

Un cheval galope rapidement dans un champ ensoleillé, le cavalier connecté au cheval comme s’ils n’étaient qu’une personne, et quand ils arrivent à une clôture, en un geste ils semblent prêts à la sauter, d’un mouvement gracieux, puis cavalant de nouveau. Nous aimons tous de tels moments de beauté et de connexion, et de connexion, et souhaitons avoir ces moments-là de ne faire qu’un avec les autres, des moments où la joie de bien vivre devient apparente et paradoxalement inconsciente. Nous souhaitons de tels moments pour nos enfants aussi, la plus grande joie d’être humain peut venir de telles expériences de liberté, où nous transcendons notre conscience avec une pure affiliation avec la vie hors de nous-mêmes.

Les parents d’enfants Asperger peuvent se désespérer de voir une telle joie dans la connexion avec les autres chez leurs enfants. Dans leur passion avec certains sujets ou ordinateurs ou jeux, les adolescents Asperger peuvent sembler assez heureux, et inconscients de ce qu’ils perdent en n’ayant pas de meilleures relations en dehors de la famille, les parents peuvent nommer la partie de la vie qu’ils semblent manquer – cette joie d’être avec ses pairs, de communiquer avec aisance sans efforts et erreurs douloureuses. Mal lire les signaux sociaux, ou ne pas les lire du tout peut sembler préparer à un adolescent Asperger une vie déconnectée de vraies connexions émotionnelles avec les autres, mais c’est possible, en formant le cerveau, de recréer ou créer de nouvelles capacités à se connecter émotionnellement avec les autres à travers de profonds niveaux de communication pas toujours rencontrés dans la vie de tous les jours.

L’équithérapie offre un domaine d’activité qui peut aider le cerveau à créer des connexions nouvelles, plus instructives ; elle a même le potentiel de réveiller l’inconscient émotionnel pour exprimer de l’empathie pour les autres qui semble en partie ou entièrement dormir dans le corps de la personne Asperger. Le cerveau est beaucoup plus flexible et adapté qu’on le croyait il y a cinquante ans. Les scientifiques ont appris que « les mots peuvent avoir autant de pouvoir que les médicaments dans la correction des pathologies du cerveau qui causent des maladies mentales. » L’auteur Ronald Kotulak écrit, « En utilisant des technologies qui peuvent « voir » le travail du cerveau, des scientifiques de l’Université de Californie à Los Angeles ont montré pour la première fois qu’une thérapie comportementale produisait les mêmes changements physiques dans le cerveau que les médicaments psychoactifs » (1996, p. 24). Une grande série d’études à la Faculté de Médecine de Harvard, par Torsten Wiesel et David Hubel, a démontré le pouvoir de l’expérience de reformer le cerveau. Ils ont gagné un prix Nobel pour leur travail qui a montré que « l’expérience sensorielle est nécessaire pour apprendre aux cellules du cerveau leur travail, et après une période critique, les cellules perdent l’opportunité d’apprendre ce travail » (1996, p. 18). En même temps, un aperçu de leurs découvertes démontre que les cellules non utilisées peuvent servir à autre chose. « La capacité du cerveau à se reconstruire, à créer de nouvelles sections pour les cellules endommagées, et même en faire de nouvelles – sa « plasticité », en jargon scientifique – était crue impossible seulement il y a quelques années... Toutes ces vérités sont vérifiées car la recherche sur le cerveau subit une révolution crée par la capacité remarquable de la biologie moléculaire à révéler les secrets des cellules » (1996, p. 150).

Les parents et les enseignants peuvent utiliser la plasticité du cerveau pour approcher l’équithérapie en tant qu’une thérapie ayant le potentiel de reformer le cerveau dans la communication non-verbale pour les adolescents et préadolescents ayant le syndrome d’Asperger. Dans les situations où on attend des élèves qu’ils communiquent bien avec un animal grand, autoritaire, et de diriger le comportement de ceet animal par le toucher, la réussite devient à la fois la récompense de la sensation grisante d’être sur un cheval, et l’assurance de la sécurité. En d’autres termes, les encouragements à bien communiquer deviennent plus forts et plus immédiats qu’en communiquant avec les autres. En addition, beaucuop d’enfants et adolescents Asperger donnent une valeur positive à l’expérience de communiquer profondément avec un cheval.

Marcher à côté des chevaux, les toucher, et les monter crée chez la majorité des gens un grand émerveillement, et un peu de crainte quand nous réalisons que nous sommes en présence de, et à la merci de, un animal beaucoup plus lourd, plus autoritaire, et plus rapide que nous. Les chevaux que nous avons le plus de chances de rencontrer sont apprivoisés, ou pas encore, domestiqués, ou parfois sauvages. Nous le voyons dans leurs yeux, la tête, le frisson qu’ils donnent après les avoir montés, ou les jeux très énergiques et espiègles auxquels ils jouent avec les autres chevaux, courant dans la pâture à des vitesses qui semblent vraiment très rapides. Nous les regardons avec émerveillement et fascination ces étalons qui brament l’air, ou cherchent à dominer en montrant les dents, créant une hiérarchie qui nous semble étrange, mais bizarrement familière car elle nous rappelle nos propres hiérarchies. Nous pouvons donner une grande valeur à ce temps passé avec les chevaux ; nous pouvons aussi beaucoup apprendre de nous-mêmes de ce que les chevaux nous apprennent sur la communication.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×