Les points positifs du syndrome d’Asperger

Norm Ledgin a fait du bruit avec son livre, Diagnostiquer Jefferson. L’auteur disait que le génie du troisième président Américain était dû au syndrome d’Asperger, ce qui expliquerait son obsession depuis 54 ans de construire et reconstruire le Monticello, son incapacité à contrôler ses dépenses, et son histoire d’amour avec un esclave enfant. Après que ce livre soit devenu un best-seller, l’auteur a écrit Le syndrome d’Asperger et l’estime de soi : de l’espoir pour les mannequins très célèbres, qui disait que treize géants de l’histoire – parmi lesquels Marie Curie, Albert Enstein, et Mozart – avaient aussi le syndrome d’Asperger. Certaines personnes pensent aussi que Shakespeare, Jane Austein, Charles Darwin, Galileo, Pablo Picasso, Benjamin Franklin, Margaret Mead et Aristote étaient Asperger.

Des auteurs plus récents ajoutent Bill Gates à la liste des Aspies célèbres à cause de son manque de socialisation, son incapacité à regarder dans les yeux et sa tendance à faire des mouvements de va-et-vient couplée avec son obsession pour la technologie. Diane Kennedy, une auteure et défenseure pour le syndrome d’Asperger, écrit, « Ils sont nos visionnaires, scientifiques, diplomates, inventeurs, chefs, artistes, auteurs et musiciens. Ils sont de grands penseurs et une force dans notre culture. »

Hans Asperger, le docteur Allemand qui a découvert le syndrome, acceptera la déclaration de Kennedy. Il pensait que « pour le succès dans la science ou l’art, une pincée d’autisme est essentielle. L’ingrédient essentiel peut être une capacité à se retirer du monde de tous les jours, de ce qui se passe autour de nous et de réfléchir à un sujet en se concentrant sur une spécialité. »

De même, le Dr. Temple Grandin, une adulte autiste devenue brillante ingénieure, enseignante et oratrice, pense que son trouble est un atout. Elle a créé pour la NASA un atelier protégé pour personnes autistes et Asperger. Elle pense que les personnes ayant des troubles du spectre autistique sont de grands innovateurs, et que « si le monde n’était qu’au social, rien ne serait fait et nous serions toujours dans des grottes à nous parler. »

Par contre, il est absolument impossible de diagnostiquer une personne morte ou même non présente dans la pièce. Les cliniciens peuvent seulement diagnostiquer le syndrome d’Asperger en observant le comportement. L’autre problème de placer des gens comme Mozart et Benjamin Franklin dans la catégorie des Asperger est que même si quelqu’un est devant eux, les médecins ont du mal à distinguer la grande intelligence, le trouble du déficit de l’attention et le syndrome d’Asperger. Il y a eu peu de recherches sur la personnalité des personnes surdouées, mais le peu qui a été fait montre qu’ils sont souvent intenses,agités, têtus, et sensibles à la lumière et aux sons – tous symptômatiques du syndrome d’Asperger. Les personnes ayant un très haut QI posent souvent des questions, résistent aux ordres, ont une grande capacité d’attention, subissent des périodes de travail et d’effort intenses, et aiment organiser les choses même enfants. D’autres se perçoivent souvent comme « différents ». C’est la même chose pour ceux qui ont le syndrome d’Asperger.

L’idée que tout Aspie est un génie potentiel peut faire mettre une pression inutile à un enfant Asperger. Luck Jackson, un auteur Asperger de treize ans, se plaint qu’il voit tout le temps à la télévision des personnes autistes de haut niveau qui peuvent jouer brillamment du piano sans prendre de cours, dessiner des reproductions détaillées de buildings en les ayant vus une seule fois ou additionner les nombres dans leur tête comme Rainman. « Je trouve ces programmes déprimants », dit-il. J’ai la même passion des sciences et la même ardeur au travail mais rien d’un génie. »

Beaucoup de personnes expertes en syndrome d’Asperger telles que le Dr. Teresa Bolick, le Dr. Tony Attwood, et Dierdre Lovecky écrivent sur les aspects positifs du syndrome sans se concentrer sur l’idée du génie. Les Aspies ont souvent un riche vocabulaire, reconnaissent des choses que les autres ne reconnaissent pas, et maintiennent des convictions même avec preuve du contraire car ils ne sont pas facilement influencés par l’opinion des autres. Leur capacité à se concentrer sur les détails et leur incapacité à voir une image en entier veut dire qu’ils peuvent avoir des solutions à des problèmes auxquelles les autres ne pensent pas. Les Aspies adorent souvent passer des heures dans des laboratoires, et devant des écrans d’ordinateur car cela ne les dérange pas d’être seuls. Tout cela leur fait faire de formidables contributions au travail et à l’école. L’auteur Patricia Bashe fait remarquer que les gens admirent souvent ceux qui peuvent travailler indépendamment. Elle écrit, « Notre société apprécie les personnes qui font ce qu’ils pensent qu’il est bon de faire et fait selon ses opinions. »

Á cause de leurs réactions inhabituelles aux stimuli tels que la lumière et les sons, les Aspies voient le monde différemment des autres. Ils peuvent comprendre de multiples sens aux mots et peuvent être très forts en jeux de mots. Quand on lui a dit de « manger et partir », un Aspie a dit, « Oh, ça va nous transfomer en collants carnivores. »

Beaucoup d’experts disent que les Aspies peuvent être des amis extrêmement loyaux. Ils sont habituellement dépourvus de tout racisme ou sexisme. Ils ne manipulent pas les gens mais parlent franchement et honnêtement. Ils disent toujours la vérité, et leur naïveté et leur nature confiante les rend incapables de perfidie. En tant qu’employés, ils sont extrêmement dignes de confiance et suivent les règles du travail. La psychologue Teresa Bolick écrit, « Leurs déficits sont en fait des atouts, car ils ne sont pas touchés par les conventions ou les manières. Les Aspies nous aident à nous poser des questions sur pourquoi nous faisons ce que nous faisons, pourquoi nous devons nous marier » et autres suppositions de la société.

Les parents qui ont élevé des enfants Asperger heureux et productifs conseillent souvent aux autres de ne jamais se décourager. Un Aspie qui reçoit une bonne aide et des services professionnels peut mener une bonne vie. Le but n’est pas d’avoir un génie mais plutôt l’amour et le partage avec les membres de la famille. Le Dr. Michel Power, un psychologue qui travaille avec des familles autistes, dit que le succès d’une personne Asperger peut « marcher au travail ou à l’école sans trop d’incidents ». Le succès peut être « de meilleures relations sociales pour que la vie devienne meilleure. La vie devient ensuite une aventure plus coopérative pour tout le monde. »

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site