Les problèmes de sommeil

Les problèmes de sommeil

« J’ai besoin de suggestions pour aider mon fils à s’endormir – et à ne pas se réveiller ! Il met beaucoup de temps à se mettre en repos, et même quand enfin il s’endort, il ne met pas longtemps à se réveiller – et on recommence tout. »

Beaucoup d’enfants Asperger et autistes de haut niveau ont des problèmes pour dormir toute la nuit, ou pour s’endormir. C’est dû en grande partie aux problèmes sensoriels.

Le dysfonctionnement sensoriel est généralement un problème pour l’enfant Asperger. Beaucoup de parents sont forcés d’avoir recours aux médicaments, ou aux suppléments naturels (ex. : mélatonine) pour réguler le sommeil. Ils peuvent être bénéfiques.

Une thérapie d’intégration sensorielle peut aussi être utile pour que l’enfant apprenne à gérer son niveau d’activité.

L’idée derrière la thérapie d’intégration sensorielle est qu’il est possible de « refaire » le cerveau d’un enfant Asperger en aidant aux difficultés de processus sensoriel. Les pratiquants de cette thérapie sont habituellement des ergothérapeutes. Leurs fonctions sont sur les systèmes suivants :

-le système proprioceptif (càd :aider l’enfant à mieux gérer son corps ; par exemple, courir et sauter quand c’est le moment de courir et sauter, s’asseoir et se concentrer quand c’est ce qu’il faut faire),

-le système tactile (càd : réguler les réactions de l’enfant au toucher),

-le système vestibulaire (càd : aider l’enfant à être plus conscient de son corps dans l’espace).

Un thérapeute d’intégration sensorielle formé évalue l’enfant dans les domaines de sa défensive sensorielle, son hypersensibilité, et ses gros besoins sensoriels, en utilisant plusieurs tests. Il peut utiliser ces tests standardisés :

-la PYRAMIDE pour les enfants de 6 à 14 ans

-le test de compétence motrice de Bruininks Osteretsky pour les 5-15 ans,

-les Tests d’Intégration Sensorielle et de Praxie (TISP) pour les enfants entre 4 et 8 ans 11 mois,

-le Test d’Intégration Sensorielle pour les enfants entre 3 et 5 ans (TIS).

Selon les besoins de l’enfant, le thérapeute peut utiliser des techniques variées telles que :

-brosser et faire des pressions,

-la thérapie de grosses pressions, qui peut inclure appuyer, enrouler, etc.,

-les jeux de motricité globale tels que grimper à un mur, maintenir son équilibre sur une poutre, etc.,

-sauter sur un mini-trampoline ou un trampoline de taille réelle,

-jouer avec un jouet qui vibre, sur lequel il faut appuyer, etc.,

-se balancer.

Le thérapeute peut aussi développer un « régime » sensoriel, qui peut inclure diverses activités motrices (ex. : tourner, rebondir, se balancer, presser une balle ou un bout de mastic, etc.), et des interventions de thérapeutes telles que brosser et compresser les bras et les jambes. L’idée est que ce « régime » sera appliqué dans toute la journée, soit par le thérapeute, soit par l’enseignant de l’enfant, soit par ses parents.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×