Frapper, mordre, donner des coups de pied : comment gérer l'agressivité

Frapper, mordre, donner des coups de pied : comment stopper l’agressivité

Il y a peu de situations aussi difficiles que gérer un enfant qui est agressif envers les autres enfants. Cela peut être embarrassant et effrayant quand votre enfant Asperger mord, frappe, griffe ou donne un coup de pied pour qu’on aille dans son sens. Il n’est pas rare pour les jeunes enfants Asperger d’avoir ce comportement à un certain moment de développement et dans n’importe quel environnement.

Cependant, quand cela devient très fréquent ou semble être leur seul moyen de réagir à quelque chose qu’il n’aime pas, il est temps d’intervenir et de l’aider à changer son comportement. La première étape est de comprendre les raisons pour lesquelles votre enfant choisit de réagir de cette façon. Plus vous comprenez ce qui se passe, mieux vous serez capable de l’aider à trouver d’autres moyens non-agressifs pour résoudre ses problèmes.

Initialement, entre 18 mois et 2 ans, l’enfant Asperger trouve très difficile d’exprimer ses besoins à ses parents, et aux autres enfants. Les comportements négatifs sont un moyen qu’ils pourraient choisir pour se faire comprendre. Pour les enfants plus âgés entre trois et six ans, de tels comportements peuvent être le résultat de n’avoir jamais appris de moyens appropriés, non-agressifs de communiquer quand ils faisaient face à une situation difficile. La cause de l’agressivité peut être ce qui suit :

-être mis dans une situation de stress,

-épuisement,

-frustration ou colère extrêmes,

-développement du langage inadéquat,

-manque de supervision adulte,

-manque de routine,

-imitation de l’agressivité des autres enfants,

-surstimulation,

-autodéfense.

Il faut commencer par observer votre enfant pour voir si l’une des situations décrites ci-dessus entraîne de l’agressivité. Apprendre autant que vous pouvez sur les facteurs qui déclenchent le mauvais comportement est le meilleur moyen de le combattre quand il survient la prochaine fois. Voici des questions que vous devez vous poser :

-Comment est exprimée son agressivité ? Est-ce des mots de colère ou des comportements coléreux ? Devient-il d’abord verbalement agressif puis physiquement, ou sa première réponse est-elle de frapper ?

-Qu’est-ce qui cause son agressivité ? Est-elle déclenchée par la frustration, la colère, ou l’excitation ? Vérifiez. Agit-il de cette façon pour des histoires de jouets, et quand il ne veut pas partager ? Ou devient-il agressif quand il y a trop d’événements et qu’il est surstimulé ? Si vous observez attentivement les situations, vous noterez les causes.

-Qui mon enfant frappe-t-il, mord-il, à qui donne-t-il des coups de pied ? Fait-il cela à un ami en particulier ? Me le fait-il seulement à moi ? Ou a-t-il tendance à être agressif avec n’importe qui ? Si c’est une personne en particulier, trouvez pourquoi il attaque cet enfant, si c’est à cause d’un jeu trop agressif, d’un mauvais ménage des caractères ou d’un manque de règles claires avant le début du jeu.

En répondant à ces questions, vous êtes sur la bonne voie pour limiter son agressivité dans le futur. Dans cet article, je parlerai de certains moyens par lesquels vous pouvez l’aider à devenir plus conscient de ses sentiments et lui apprendre à se calmer, ou trouver d’autres moyens alternatifs de résoudre ses problèmes. Nous parlerons aussi des conséquences qu’il faut appliquer quand l’enfant en blesse un autre. D’après mon expérience, les conséquences sont impératives pour stopper l’agressivité des jeunes enfants.

Elles apprennent au vôtre que tous les comportements ont une conséquence, qu’ils soient bons ou mauvais, et l’aideront à faire de meilleurs choix à l’avenir quand il sera avec ses amis. Une fois que vous avez déterminé la raison pour laquelle il est agressif, il est temps d’intervenir.

Intervenir et arrêter immédiatement

Au premier signe que votre enfant va devenir agressif, intervenez et retirez-lui de la situation immédiatement. Veillez à ne pas lui donner trop d’attention pour ne pas renforcer le comportement. Trop d’attention peut être « discuter » du problème.

Les jeunes enfants ne sont pas capables de comprendre de longues explications du pourquoi du mal de leur comportement. Une déclaration simple mais ferme telle que, « On ne frappe pas. » suffit quand vous allez voir la victime. D’autres exempl de trop d’attention sont lui crier dessus en allant voir la victime, le forcer à s’excuser immédiatement ou continuer de parler aux autres parents de votre embarras ou de votre colère.

Consolez la victime et ignorez l’agresseur. S’il ne peut pas se calmer, retirez-le ou la de la situation sans vous mettre vous-même en colère. Quand il est calmé et prêt à parler, vous pouvez discuter de ce qui est arrivé. S’il est physiquement impossible de le retirer de la situation, vous devrez vous retirer vous et la victime.

En vous éloignant à une distance appropriée en fonction de son âge quand il a été agressif, vous faites passer le message que vous viendrez le voir quand il sera calmé. En faisant cela, vous lui apprendrez que c’est sa responsabilité d’apprendre à se calmer et de bien agir.

Baissez la voix, ne l’élevez pas

En tant que parents, nous devons nous contrôler et d’utiliser des mots gentils si nous voulons que nos enfants fassent pareil. Il est facile de réagir en criant ou en se mettant en colère, mais souvenez-vous, votre enfant recherche comment contrôler ses pulsions et bien se comporter. Bien que cela puisse être terriblement embarrassant d’avoir un enfant qui agresse continuellement ses amis, gardez à l’esprit que son mauvais comportement survient presque toujours car il fait encore son chemin dans le cercle social. Cela peut être très difficile pour certains enfants, donc ne réagissez pas trop et ne le prenez pas personnellement.

Une technique qui fonctionne très bien pour certains enfants est de changer le ton et le volume de votre voix. Vous pouvez l’aider à rester calme en baissant immédiatement la voix en allant voir la victime et votre petit. S’il est incapable de se calmer, avant d’aider la victime, tournez-vous vers lui et dites-lui calmement, « J’ai besoin que tu te calmes maintenant. Je vais aider Josh et quand j’ai fini je veux que tu aies arrêté de crier. »

Pour certains ça marche, et quand votre enfant revient vers vous, calme, félicitez-le, en disant, « Merci de t’être calmé. On ne frappe pas. Ça a fait mal à Josh et il est triste. » Répétez la phrase « On ne frappe pas. » et informez-le que s’il recommence, vous partirez.

Si cela ne marche pas pour lui et qu’il ne peut tout simplement pas se calmer, laissez-le là où il est (encore une fois, à une distance appropriée pour son âge) et ignorez le caprice. Presque tous les enfants ne continueront pas d’être agressifs s’ils n’ont plus de public.

Faites décolérer votre enfant

Pour les enfants plus jeunes, aidez-le à reconnaître leur colère en disant, « Je sais que tu es fâché, mais on ne frappe pas ! » Pour les enfants de 3 à 7 ans, parlez de la colère comme d’un sentiment important. Vous pouvez diffuser sa colère pendant des moments plus calmes. Dites, « Parfois je suis aussi en colère. Quand ça arrive, je dis « Je suis en colère. » et je quitte la pièce. »

Vous pouvez aussi lui apprendre à compter jusqu’à dix pour qu’il soit moins en colère,à respirer profondément pour se calmer, ou en utilisant des mots en disant des choses telles que « Je suis très, très en colère là maintenant ! » Toutes ses méthodes l’aident à se concentrer sur sa colère et lui apprennent à reconnaître cette émotion importante.

Avant d’entrer dans une situation sociale potentiellement difficile, passez en revue les conséquences avec lui sur ce qu’il se passera s’il ne peut pas contrôler sa colère. Dites, « Je sens que tu peux gérer ta colère, mais si tu ne le peux pas, nous devrons partir et nous ne reviendrons pas avant la semaine prochaine. Tu comprends ? » Assurez-vous de suivre n’importe quelle conséquence que vous lui promettez.

Apprenez-lui qu’il ne faut pas être agressif

Il faut aussi lui parler de l’agressivité durant un moment calme. D’une voix convaincante, expliquez-lui que frapper, mordre, donner des coups de pied et autres comportements agressifs ne sont pas bien. Pour les enfants plus jeunes, ceux entre 18 mois et 2 ans, restez simple. Tenez-le et expliquez, « On ne frappe pas. Ce n’est pas bien. »

Gardez à l’esprit que vous pourrez avoir besoin de répéter cette règle un nombre incalculable de fois, en utilisant les mêmes mots, jusqu’à ce qu’il la comprenne. Soyez ferme et cohérent chaque fois qu’il devient agressif. Ayez un plan en place de conséquences si l’agressivité commence.

À la maison, cela peut être une chaise d’isolement loin du reste de la famille où il reste jusqu’à ce qui se calme. Si vous n’êtes pas à la maison, choisissez un lieu sécurisé, tel qu’une place dans la voiture ou un autre endroit où il est retiré de l’amusement. Cela accentue le fait que vous ne tolérez l’agression sous aucune forme.

Pour les plus âgés, ceux entre 3 et 7 ans, souvenez-vous qu’ils expérimentent peut-être le cause-à-effet. En d’autres termes, ils peuvent vouloir voir ce que vous ferez s’ils passent à l’acte. C’est votre travail de faire marcher l’« effet ». Comme ils sont plus verbaux, vous pouvez utiliser un grand nombre de phrases quand ils se comportent mal.

Des exemples sont, « Frapper n’est pas bien. », ou « Frapper fait mal aux autres. Tu dois arrêter. » Il est bon de dire à votre petit frappeur/mordeur/donneur de coups de pied que dès qu’il se comporte mal, il perd quelque chose pour la journée. Les conséquences peuvent être quitter un endroit de jeu immédiatement ou perdre du temps de télé.

Reconnaissez ses limites

Cela veut dire savoir quand quitter une situation potentiellement dangereuse ou lui faire faire une autre activité pour éviter les confrontations agressives. Si vous savez qu’il a pour cible un enfant particulier dans le groupe de jeu, vous pourriez devoir l’en éloigner quelques semaines jusqu’à ce qu’il apprenne à se contrôler. Ou alors, si certains films, jeux, ou activités le frustrent, enlevez-les de votre routine quotidienne pour savoir si cela stoppe son agressivité.

Enfin, s’il est épuisé, a faim, ou est surstimulé, respectez cela et faites des activités à rythme lent qui donneront à l’agressivité moins de chances de se produire. Avec votre enfant plus âgé, plus verbal, parlez ouvertement des situations qui le mettent en colère et travaillez ensemble pour trouver des solutions pour l’aider la prochaine fois qu’il aura le problème.

Félicitez ses progrès

Quand vous voyez qu’il se comporte bien, félicitez ses progrès durement effectués. Par exemple, si vous le voyez se battre pour un jouet et finit par en discuter dans la paix avec son ami, dites-lui à quel point vous êtes fier qu’il ait choisi d’utiliser des mots au lieu d’avoir recours à l’agressivité pour qu’on aille dans son sens. Recherchez et félicitez le bon comportement pour le motiver de faire de mieux en mieux.

Ce qu’il ne faut pas faire

-N’exposez pas votre enfant à des films ou des jeux vidéos violents. Trop souvent la télévision met le personnage le plus violent en héros, ce qui envoie le message que la violence est un moyen de résoudre ses problèmes. Ce message peut facilement être évité si vous surveillez étroitement ce qu’ils voient. Bien que la violence à la télévision puisse ne pas affecter certains enfants, elle peut grandement en influencer d’autres qui ont tendance à être agressifs avec leurs amis. En connaissant le tempérament du vôtre et ce qu’il peut comprendre, vous l’aidez à avoir le meilleur comportement possible.

-Ne prenez pas son mauvais comportement personnellement. Trop souvent les parents sont frustrés et en colère contre leur enfant quand il est agressif, car beaucoup de fois nous sentons que son comportement est le reflet de la manière dont ils l’ont éduqué. Si vous avez un enfant agressif, aidez-le à s’exprimer de manière plus appropriée et intervenez quand un incident se produit.

-Ne mordez ou ne frappez jamais en retour. Il peut être tentant de vouloir lui apprendre une leçon sur l’effet que ça fait d’être victime d’une agression, mais quand vous succombez à une forme de communication puérile, vous lui apprenez que l’agressivité est la réponse pour résoudre une difficulté. Même si c’est difficile, faites de votre mieux pour garder votre sang-froid.

Commentaires (1)

1. Nathalie 16/10/2018

Voici comment éliminer la colère de votre vie et vivez une vie plus heureuse

Je vous présente une collection complète pour éliminer la colère de votre vie et traiter tous les symptômes des troubles de la personnalité avec des traitements simples et efficaces.

Voici le lien:
https://produitsnumeriques.com/trouble-personnalite/

https://produitsnumeriques.com/produits/une-collection-complete-pour-traiter-les-symptomes-des-troubles-de-la-personnalite.jpg width=200

Cordialement
Nathalie L

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×